mardi 10 juillet 2007

Les grands champions venus d'Asie et ceux de l'Empire colonial Britannique

Tandis que les chrétiens d’Occident (Latins) et d’Orient (Byzantins) sont divisés et engagés dans des croisades contre les Musulmans qui dominent l’essentiel du pourtour méditerranéen, de grands empires vont être bâtis en Asie ; successivement par :

- Temoudjin dit « Gengis Khan » qui lèguera la plus grosse partie de son héritage à son petit-fils Kubilaï, empereur de Chine et fondateur de la dynastie des Yuan;


- puis par les Turcs Ottomans, définitivement vainqueurs de l’Empire Byzantin en 1453.

Ce dernier, l’Empire Ottoman, durera ainsi de la fin du Moyen-Âge à la Révolution Industrielle et ne sera dépassé que par la toute puissance britannique sous le règne de la reine Victoria (1837-1903).

En marge de ces grandes puissances, d’abord Mongole puis Européennes, un seul pays pourra s’enorgueillir d’avoir toujours repoussé les envahisseurs (et à ce titre hissé les techniques martiales traditionnelles jusqu’au seuil de la perfection) : le Japon. Cette exceptionnelle résistance ira jusqu’au désir d’expansion territoriale durant le XXème siècle …


Lutte mongole « Bokh »

De 1206 (unification de la Mongolie par Temoudjin devenu « Gengis Khan ») à la chute de la dynastie mongole des Yuan en Chine (en 1369), en passant par la scission de l’Empire entre Kubilaï et Ariq Böke (en 1260), l’Empire Mongol n’aura duré qu’un siècle et demi. Pourtant le Naadam (« Les trois jeux virils », à savoir : la course de chevaux, le tir à l’arc et la lutte « bokh ») avait déjà été institué. De cette époque, on ne conserve toutefois qu’un seul nom : Avraga, qui est depuis devenu synonyme de champion (traduit par « géant » ou « titan »).


Restauré à l’indépendance de la Mongolie (en 1921), le Naadam a produit trois champions remarquables dont les règnes ont duré respectivement 8, 10 et 12 années (ce qui signifie autant de titres au Naadam) :

* Mönkhbat (Jigjidym Munkhbat), huit fois vainqueur du Naadam dans les années 1960, évoluera parallèlement en Lutte Libre entre 1966 et 1970 avec quatre particpations aux championnats du monde dans la catégorie des « moins de 87 kg » (devenue ensuite celle des « moins de 90 kg »), classé à chaque fois entre les 3ème et 5ème places, et une participation aux Jeux Olympiques de 1968 où il obtiendra une médaille d’argent. Il faut toutefois préciser que ce lutteur traditionnel mongol a connu ses heures de gloire (en lutte « Bokh ») à l’époque où la Lutte Libre olympique était dominée par Alexander Medved (triple champion olympique et sept fois champion du monde des « moins de 97 kg » puis des poids lourds).

* Bayanmönkh (ou Bajanmunkh), en marge de ses dix victoires au Naadam national, évoluera également en Lutte Libre, au niveau international. Durant sa carrière chez les « moins de 100 kg », entre 1968 et 1976, Khorloo Bayanmunkh participera à une coupe du monde, six championnats du monde et trois Jeux Olympiques. Il sera à chaque fois classé parmi les six meilleurs mondiaux et obtiendra même la médaille d’or aux championnats du monde 1975. Mais comme son compatriote Munkhbat, sa carrière sera dans l’ombre de deux géants de la Lutte Libre : Alexander Medved (titres olympiques entre autres en 1968 et 1972) et son successeur Soslan Andiev (titre olympique entre autres en 1976) ;

* Enfin, le plus titré d’entre tous (avec douze titres au Naadam) : B(admaanaymbuu) Bat-Erdene. Porte-drapeau de la Mongolie lors des Jeux Olympiques Modernes de Sydney (en 2000), il a été un compétiteur international dans d’autres sports de préhension que son « Bokh » d’origine : vice-champion d’Asie de Judo et également médaillé de bronze continental en Sumo. Malheureusement, comme ses compatriotes, il ne parviendra pas à s’imposer durablement dans une discipline olympique. B. Bat-Erdene évoluera en Judo à la même époque et dans la même catégorie qu’un certain David Douillet … recordman des titres dans la discipline (quatre fois champion du monde et deux fois champion olympique des « poids lourds » ou des « toutes catégories »).
B. Bat-Erdene

1 commentaire:

Jeronimo a dit…

Successful wrestlers

Bat-Erdene BadmaanyambuuBat-Erdene BadmaanyambuuBat-Erdene Badmaanyambuu is a wrestler.He was born on 1964 in Umundelger sum of Khentii aimag, Mongolia. He is widely regarded in Mongolia as one of the successful, long lasting and celebrated wrestlers. Between 1988-1999, he has in total won 11 national level tournaments in the Naadam...
is considered to be the most successful champion of Mongolian wrestling in modern era (since 1921) with 11 championship wins. He also won Naadam for the 750th anniversary of the Secret History of the Mongols in 1990. The other successful wrestlers are Khorloogiin Bayanmönkh - 10 championship wins, Badamdorigiin Tüvdendorj - 7 championship wins, Jigjidiin Mönkhbat - 6 championship wins and Dariin Damdin - 5 championship wins.